Créer mon blog M'identifier

Présentation d'un magicien

Le 17 décembre 2016, 13:22 dans Humeurs 0


La vie n’est pas un long fleuve tranquille. Après avoir été militaire, la magie m’a attiré, loin des balles qui ne sont pas passés loin. En effet être légionnaire n’est pas de tout repos. Sur ce, une passion a pris forme, celle des cartes et plus précisément de la magie en générale.

Retenir les différents tours est un véritable casse-tête, car les manipulation demandent de l'entraînement.

Le visiteur trouvera des tours simples qui sont mis à disposition, il suffit de suivre les explications. Mais on ne va pas tout dire, le secret est important dans cet art, alors quelquefois il n’y aura que le déroulement du tour de magie.

Voici une explication d'un petit tour qui a eu un succès auprès de mes collègues.
Dans la poche gauche de l'habit est placé un classeur contenant un second jeu de cartes pareil à celui que l'on fait examiner et que l'on fait jeter, carte par carte, dans le petit sac de toile préalablement vérifié.
Le magicien se fait bander les yeux et croise ses mains sur la poitrine. Au moment où le spectateur s'apprête à attacher le bandeau derrière la tête, le magicien comme pour faciliter cette opération, fait un demi- tour, de sorte que pour un court instant il a le dos tourné vers les spectateurs. C'est de cet instant qu'il profite pour introduire rapidement la main droite dans la poche gauche et extraire du classeur la carte qui a été désignée par les spectateurs, carte qu'il empalme prestement.
Un spectateur tiendra le petit sac largement ouvert et bien qu'y voyant suffisamment par dessous son bandeau, l'opérateur avancera la main en tâtonnant, simulant de chercher le sac, puis y plongera la main, fera le simulacre de chercher parmi les cartes, puis sortira du sac la carte qu'il tenait à l'empalmage. Un excellent subterfuge consiste à déposer la carte dans le sac et ceci de façon à la retrouver à coup sûr, de ressortir la main, de la montrer sans ostentation, de l'appliquer contre le front puis de la replonger dans le sac pour en sortir cette fois la carte demandée.
Sitôt la carte extraite, retirer le bandeau et mettre de côté le petit sac contenant le jeu.

Nouvelles de l'art magique

Le 29 mai 2015, 14:54 dans Humeurs 1

On a déjà eu plusieurs fois l'occasion de parler lors de réunion entre confrère des nombreux succès obtenus par un magicien de Marseille en spectacle de magie. Les nouvelles que l’on reçoit cette fois concernent un autre confrère,  l'homme masqué qui à son tour, a été engagé et a été prolongé jusqu'à la fin du mois de septembre. On est heureux d'applaudir aux succès de ce consciencieux artiste. Un correspondant fait savoir qu'il y avait, au même théâtre, un numéro, d'origine allemande intitulé « Lora » et dont voici le burlesque scénario.

C'est un numéro de magicien et mentaliste. La mise en scène comporte un immense perroquet perché sur un trapèze en nickel garni de lampes électriques. Dans l'intérieur de l'animal est cachée une jeune fille qui, tout en imitant les intonations criardes de la bête et mettant son bec en mouvement, répond et devine des objets recueillis dans la salle par une personne qui est son père, et enfermés par lui, dans une botte qu'il tient à la main.

Si l'idée est originale, la présentation manque totalement d'illusion, car la télégraphie dont se sert le présentateur est si peu voilée, que c'est plutôt la révélation complète du truc. Après cela le papa, tombé dans la marmite de la magie à l'origine tire un coup de pistolet sur le perroquet qui ouvre les ailes pour laisser voir la jeune fille, laquelle agite les bras armés chacun d'un drapeau. Aussitôt un immense rideau plein de chiffres descend de l'avant-scène. Le père distribue dans la salle des cartons portant des chiffres et la jeune fille, les yeux bandés, doit dire, de mémoire, tous les chiffres inscrits sur ces cartons.

On appelle cela l'émule d'Inaudi  ». L'idée d'enfermer la voyante dans un animal n'est pas nouvelle, elle a déjà été mise en pratique par un magicien qui présentait son Sphinx au Cirque d'hiver, le dit Sphinx fait actuellement l'ornement de la boutique d'un brocanteur de Belleville, qui le céderait volontiers pour cent sous. Quant à la boîte pour les objets elle a depuis longtemps, fait son apparition à Paris, entre les mains d’artistes qui avait aussi une fille comme voyante.